samedi 19 avril 2014

Le Qi du thé ?

Le Qi du thé est une notion qui semble revenir assez fréquemment sur la toile, et bien souvent, il existe une certaine incompréhension ou une méconnaissance à ce sujet. Tout d'abord, je crois qu'il est important d'essayer de comprendre cette notion avec son intellect. Tentons de trouver une définition simple, bien que la question soit complexe et pleine de subtilités. En Chine (et dans d'autres pays d'Asie), le Qi est le souffle qui anime l'univers et la vie. Il est présent dans toutes les manifestations de la nature (dans le thé, bien sûr). Donc dans la pensée chinoise, pas de Qi, pas de vie. Le terme Qi reste extrêmement difficile à traduire, mais, pour que les Occidentaux puissent comprendre, le mot énergie pourrait convenir, bien qu'il n'existe pas d'équivalence exacte, et que finalement le terme souffle reste plus approprié. Le Qi est donc un principe fondamental et universel, animant et reliant toute chose, et toujours en mouvement. En Chine, que ce soit dans la médecine, dans la géomancie (feng shui), dans l'art ou dans la vie quotidienne (etc), l'idée première est de favoriser la circulation du Qi pour créer l'harmonie. Précisons aussi que les Chinois distinguent différents types de Qi, ou disons plutôt qu'il existe des nuances. La notion de Qi est présente dans les trois grandes formes de sagesses chinoises, à savoir : Taoïsme, Bouddhisme, Confucianisme.



La notion de Qi, et toute la perception de l'univers qui va avec, est un axiome auquel on peut adhérer ou non. En Chine, il est profondément ancré dans la culture et la pensée. Si l'on n'admet pas l'existence du Qi, on ne pourra le voir dans le thé, ni dans rien d'autre d'ailleurs.




Personnellement, l'observation de la nature, des phénomènes de la vie, ainsi que l'observation de mon propre souffle m'ont naturellement conduit à adhérer et à admettre la notion de Qi, qui d'ailleurs m'apparait d'une logique implacable. Il est fondamental de savoir si l'on est en accord avec ce concept car cela va déterminer notre manière de voir les choses et notre avis sur la question. Inutile de chercher quoi que ce soit de surnaturel dans tout cela, il suffit simplement de comprendre et de savoir se positionner.



J'ai remarqué que certains, à travers les blogs, parlent du Qi du thé. Mais bien souvent, j'ai l'impression que ce fameux Qi n'est ni ressentit, ni perçu par la plupart des buveurs de thé. La notion semble plutôt floue, et il est justement difficile de connaitre le positionnement de ceux qui en parle. Et finalement, cela n'a rien d'étonnant, puisque la plupart des gens ne savent pas reconnaître le Qi, qui se trouve en tout et partout. Car, en réalité, il faut une bonne dose de sensibilité pour percevoir ce souffle universel. En effet, celui-ci peut-être infiniment subtile. Certaines pratiques, comme la méditation, les arts martiaux, etc, permettent de renforcer notre capacité naturelle de pouvoir capter le Qi.



Alors, plutôt que de penser que tel ou tel thé n'a pas de Qi, ne vaudrait- il mieux pas commencer par  se demander si l'on a soi-même la capacité de le percevoir. Premièrement, pour reconnaître le Qi, il faut déjà être en accord avec son existence. Ensuite, il faut adhérer à la réalité présente, sans concession au mental, aux turpitudes de l'intellect et de l'ego. L'humain peut facilement percevoir le Qi en toute chose lorsqu'il se débarrasse de tous ses artifices. Corps, esprit et coeur doivent être calmes et apaisés pour ressentir le Qi... D'autre part, tous les thés ne dispensent pas le même type de Qi. Pour percevoir ces nuances, il faut de l'entraînement.



Il y a un phénomène assez logique, facile à observer : le Qi est surtout perceptible dans les thés ayant poussé dans des lieux où la nature règne en maître et ayant été traités avec soin et respect (de la cueillette à la fabrication).  Pour s'entraîner à ressentir le Qi, il y a différentes manières, mais avec le thé, mieux vaut choisir les bonnes feuilles, celles qui offrent une grande vitalité. Le thé est une plante, et comme toute plante, elle possède une énergie qui lui permet d'exister. Cette énergie va interagir avec la personne qui absorbe ladite plante, qu'elle en soit consciente ou pas. Par ailleurs, certaines plantes présentent un Qi tout à fait particulier, et c'est bien le cas du thé. Pour le constater, il suffit de penser par exemple à son histoire, à sa place dans le quotidien des humains à travers la planète, etc...



Un compte rendu analytique sur la dégustation d'un thé, avec  description olfactive, gustative, visuelle, reste un exercice intéressant et formateur lorsque celui-ci ne devient pas une pure masturbation cérébrale, à mon humble avis. Quoi qu'il en soi, ce genre d'exercice ne permet pas de percevoir le Qi. L' approche physique utilisant le corps et les sens se transforme peu à peu en un véritable travail qui va favoriser la perception du Qi : d'abord la sensation visuelle, puis olfactive, et la sensation en bouche, dans la gorge, ensuite la sensation de la liqueur qui descend dans le corps, qui entre en contact avec les organes, et qui pénètre dans chaque cellule. Uniquement la sensation pure, le sentiment qui se dégage du contact entre la liqueur et soi. Là, il ne s'agit absolument pas de déterminer si le goût ou le parfum semblent évoquer telle ou telle référence déjà cataloguée dans notre mémoire. Au contraire, il s'agit de faire abstraction des étiquettes. C'est à ce moment là que l'on peut ressentir le Qi du thé.



Le Qi du thé se manifeste dans le corps, de manière plus ou moins évidente. Il passe tout simplement par les méridiens et les centres énergétiques. Lorsqu'il est puissant, il vous traverse, vous purifie et vous ouvre le coeur. C'est comme une vibration qui élimine toute fausse note. Je crois qu'en développant son esprit d'observation, on arrive a voir les effets du Qi du thé sur soi-même, sur sa vie, sur le court et le long terme... Une chose est certaine, cela vaut la peine de creuser le sujet avant d'en parler.

4 commentaires:

  1. Merci pour ce texte aussi limpide que le Bao Zhong qui pénètre actuellement chacune de mes cellules.
    Limpide et rassurant pour moi qui peine toujours à trouver des mots que j'estime justes pour décrire une dégustation.
    L'émotion et les sensations physiques que les dégustations de Thé suscitent en moi sont différentes à chaque fois, très dépendantes de l'instant et très loin d'une description analytique.
    Sans l'avoir nommé, je pense avoir ressenti ce Qi, ressenti cette vibration qui sonne juste et traverse le corps et le coeur, notamment lors de ma première dégustation d'un Rou Gui.
    Depuis, je creuse le sujet...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, votre article me fait "echo", j`aime le the et plus particulierement les thes qui me font vibrer...a ce stade il n`est plus question de grands crus ou de grade,il est juste question d`energie, la ou l`intellect n`a plus cours...
    Il y a des grands crus qui sont excellents mais ne me font pas vibrer pour autant!
    Je me souviens d`un jour ou je venais juste d`arriver a " Makaibari tea estate" (Darjeeling, jardin en Biodynamie)
    en guise de bienvenue,je recois 100 grammes de the vert nomme " Silver Green" recolte le jour meme.
    Je me souviens de cette journee comme si c` etait hier...
    la maisonette dans laquelle j` allais sejourner durant plusieurs semaines se situait au coeur du jardin de the,les cueilleuses venaient cueillir les feuilles a seulement quelques metres de mon lit!!!
    J`ai prepare tres simplement ce the dans un "mug", quelques grammes ,3 ou 4 probablement a vu d`oeil ,avec une eau de source jaillissant sur la plantation.
    Que dire, ce fut un beau moment ,la liqueur couleur abricot me faisait vibrer a chaque gorgee, que de joie ressentie, les mots me manquent pour vous vous conter ces precieux instants...
    cette infusion etait tout simplement pleine de vie,empreinte de beaute,sensation qui perdure encore a ce jour...



    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos commentaires.

    Paul, je suis heureuse que vous creusiez ce sujet, c'est vrai que cela en vaut la peine.

    Patricia, merci de partager ces instants précieux. Je connais bien Makaibari et Rajah Banerjee, qui justement donne une énergie particulière à ce jardin.

    Prendre la peine de partager vos expériences en ce lieu est une véritable chance.

    RépondreSupprimer