dimanche 31 mars 2013

L'arrivée du printemps

Avec l'arrivée du printemps, on pense inévitablement aux nouvelles récoltes de thé, et nous sommes souvent impatients de découvrir ce que la nature va nous offrir. Toutefois, il faut relativiser : l'engouement pour les cueillettes précoces donne aussi naissance à de nombreuses dérives, surtout dans le domaine des thés verts chinois, et des thés rouges (noirs) de Darjeeling, qui semblent, d'année en année, arriver chez les marchands de plus en plus tôt ! Il ne faut surtout pas croire que le théier puisse produire de délicieux bourgeons avant l'heure. La nature reste seule maîtresse. Et pour obtenir des thés de grande qualité, le théier a besoin d'un minimum d'ensoleillement pour se réveiller et se remplir d'une énergie nouvelle. Alors même si les producteurs sélectionnent des cultivars qui bourgeonnent le plus tôt possible, il leur faut un certain temps malgré tout.



Un thé plus précoce que ce que la nature permet, cache bien souvent une des dérives que j'évoquais plus haut. Par exemple, un thé vert chinois de l'année précédente, conservé sous vide au congélateur, peut tout à fait être présenté comme une récolte nouvelle et toute fraîche ! Il faut donc rester prudent, et bien connaître le climat des différentes zones de production. En Chine, dans les provinces de Zhejiang, Jiangsu, Jiangxi et Anhui, l'ensoleillement printanier permet des récoltes tôt dans la saison; les cueillettes débutent souvent aux alentours du 25 mars. On peut donc émettre de sérieux doutes, sur des récoltes datant d'avant le 20 mars. Dans ces provinces, en cette année 2013, le climat a été plutôt clément, et les récoltes ont débuté autour du 24 mars.




Le rythme du thé doit être respecté. Certes, les thés verts chinois des tous premiers jours de récolte printanière offrent une fraîcheur et une richesse aromatique incomparables. Ce n'est pas un hasard si les récoltes d'avant Qing Ming (fête de la Pure Lumière) sont les plus recherchées. Mais il est important d'avoir la patience que ces thés soient cueillis, fabriqués, et surtout stabilisés,  car en effet, un thé qui vient d'être fabriqué ne révèle pas toutes ses forces, ni toutes ses faiblesses... Lorsque je goûte un thé qui sort juste de la fabrication, sa fraîcheur est telle, qu'elle occulte les autres caractéristiques. Il semble immature, alors que quelques jours plus tard, il se dévoile sous un nouveau jour. Et puis, on ne peut simplement pas acheter un lot de thé, juste parce qu'il a été cueilli avant le 5 avril. Faut-il encore qu'il soit fameux, vu les prix pratiqués. Ne tombons pas dans le piège du thé "précoce" à tout prix. Cultivons le discernement.



Notre société est pressé, on veut tout, tout de suite. Mais si "on laisse le temps au temps", la vie se présente sous un nouvel angle et nos perceptions s'affinent. Nous pouvons choisir de ne pas tomber dans cette course effrénée et aveugle, que se soit pour le thé ou la vie en générale. Quoi qu'il arrive, le mois d'avril nous apportera son lot de délicieux thés nouveaux, dont nous pourrons nous délecter paisiblement, et sans précipitation.

jeudi 14 mars 2013

Tout un fromage !

Parfois, je m'interroge sur certaines pratiques qui existent dans le monde du thé occidental. Par exemple, il y a quelques temps, je suis tombée sur un article dans la presse féminine. Il était question d'associer certains fromages français (notamment de caractère) avec des thés chinois (wulong, vert, et même blanc). Ma première réaction : "on nage en plein délire !" Franchement, n'a-t-on rien trouvé de mieux ? Deuxième réaction : "on a surement rien trouvé de mieux pour faire parler de soi..." Certes, comme stratégie publicitaire pour plaire aux français, c'est vraiment bien trouvé. Mais à part ça, y a-il un intérêt ? Voudrait- on, encore une fois, que le thé soit comme le vin ?

J'aime le thé pour ce qu'il est. Et je ne suis pas certaine que le fromage soit le produit idéal pour mettre en valeur ses arômes et ses parfums. D'autre part, j'aime aussi le fromage, mais sans thé de préférence. Surtout pas de magnifiques crus dont les subtilités pourraient se perdre dans les méandres des "fragrances", souvent soutenues (il faut bien le dire), de fromages, pourtant délicieux par ailleurs. Autrement dit, pour moi, rien que l'odeur du fromage représente déjà une sacrée interférence lors de la dégustation de thé. J'ai du mal à voir comment l'un pourrait sublimer l'autre (mis à part quelques exceptions, peut-être).

Mon expérience en Chine, m'a clairement montré que le thé s'associe principalement avec des nourritures délicates (de même au Japon). Logique : on cherche à apprécier les saveurs et les senteurs du thé pour elles-mêmes. Parce que, ce qu'on aime dans le thé, c'est le thé. Au fil des années, le palais s'affine, et devient plus sensible. Personnellement, avec le temps, j'ai de plus en plus besoin de saveurs authentiques, et je fuis naturellement les combinaisons hasardeuses.

Je n'ai rien contre les innovations. Mais en l'occurrence, thé et fromage n'a rien d'une innovation. J'ai plutôt l'impression qu'on se contente de transposer un "schéma vin" au monde du thé. Et j'ai vraiment le sentiment que tout cela sonne faux. Je ne suis pas sûre que la notion de respect soit bien observée dans ce cas, surtout si le but est de se faire de la publicité. Enfin voilà, c'est le genre de pratique qui me dérange dans mon fort intérieur, même si parfois, je cherche des raisons d'y croire. Mais je fini toujours par penser que la société dans laquelle nous vivons passe à côté de l'essentiel.

La liberté reste une valeur fondamentale pour moi, et j' essai de cultiver l'ouverture d'esprit et la tolérance. Malgré cela, certaines choses arrivent encore à me rendre mal à l'aise, notamment dans le domaine du thé, pour lequel j'ai un profond respect. Le thé est une plante millénaire dotée d'une énergie forte et universelle. Elle ne devrait pas être sujette aux "tendances" futiles qui servent certains égos dans leur soif de business et de reconnaissance.

Bien sur, je ne souhaite blesser personne. Je donne simplement mon avis. Mais je trouve qu'il y a surement d'autres moyens pour faire parler du thé... Les "coups de gueule" ne sont pas dans mes habitudes, mais la complaisance non plus. Et au fond, tout cela n'a pas grande importance. Mais ça fait quand même du bien de dire ce que l'on pense.

dimanche 10 mars 2013

Drinking Long Jing, again and again

I drink a lot of different teas, but I also realize I couldn't live without some of them. Long Jing is one of those I need to drink, maybe not every day, but almost. It seems its particular Qi is nearly vital to me and resonates strongly with my own energy. It always attracts me. It's surely difficult to explain, when I drink a good Long Jing, I  simply feel great, in my body, in my mind and in my heart. Can the powerful vibration of LG explain it's fame ? I believe it partly does. Other tea lovers also told me about their special affinity with Long Jing, and the fact it makes them feel good and healthy, in a very obvious way. Of course, this is  true for high quality Xi Hu Long Jing. This very special and unique feeling can be a very efficient way to find out if a LJ is a "real" and good one.



To me, the feeling tea brings is almost the most important criteria, even before aromas, fragrances or after-tastes. And it's one of the things you get to learn with chinese tea people, who really understand tea beyond the physical aspects. And Long Jing really brings a unique sensation, the kind of sensation you cannot miss. Personally, I always notice it makes me feel clear, calm, yet dynamic, self confident and happy. Yes, a real and simple well being. Nothing complicated. But something universal. It's a very strong and deep well being sensation, which reaches every cell of the body. That's for the very immediate feeling. On the other hand, drinking Long Jing for long periods brings health, energy and courage. It makes the body feel clean from the inside. As I've been drinking LJ for a number of years now, I can really tell about it's powerful health effects.



Knowing a tea is just like knowing a person. Things are not always obvious, things are not always what they seem, so it takes time. But it still is important to figure out if a certain tea matches with you. Because, discovering its personality, building a strong and true relation, and developing a real feeling of companionship is a great life experience. And that's possible with some particular teas (not the same for everybody, of course). To learn more about such "friend teas", I usually prepare them in many different ways, in order to let them tell me the most they can, and to try to take out the best of what they can offer (I can then choose the most convenient way to brew on the regular basis). Also, it's always gratifying to make sure a tea you love and respect, will give the best it has. And, as you extend your knowledge of a "friend tea", you also get deeper within yourself. The more you take care, the more tea gives you...



With Long Jing, I've tried as many parameters as it's possible to imagine, and I've never been disappointed. I truly appreciate the easy going aspect of LJ, always ready to give the best, even when the circumstances are not quite perfect. But for sure, the more I care, the more it reveals itself. To me, LG's personality is strong, elegant, graceful, and peaceful. I love to admire it's tender leaves in a beautiful zhong, or simply in a glass. Powerful and gentle, the kind of tea you can always rely on. And it shares its profound and uplifting serenity, in a very simple way. The blissful moments Long Jing offers me are priceless.





The question I sometimes ask myself is : By drinking the same teas over and over again, am I missing something ? Well, in fact, I don't care, I know I'm not wasting my time anyway. Because the most important to me is just enjoying and deepening my tea journey, which the purpose isn't to accumulate. In fact, I can even say there's no purpose at all, or, the purpose isn't important... And I'm not going to do everything I can to know all the teas in the world, just to satisfy my ego (even if I also love discovering new teas). What I need above all are true relationships (long lasting or not) with the teas I come across. Keeping the spontaneity in my everyday life, and sharing precious moments with loved teas is all I need.


In my life, drinking Long Jing has changed something. That's also why I stay true and faithful to this tea. And it continues to surprise me, after so many years spent together !