vendredi 13 décembre 2013

Du thé pour Noel

Offrir du thé ? A première vue, une bonne idée. Je dirais même qu'à bien des égards, un cadeau de thé représente une excellente idée. Néanmoins, quelques précautions s'imposent. Tout d'abord, on offre généralement du thé à une personne qui aime le thé. Mais "aimer le thé" est une notion très vague, et il s'avère primordial de connaître les goûts de la personne visée pour réussir son coup. L'exemple le plus frappant de cadeau raté reste l'assortiment de thés aromatisés à quelqu'un qui ne boit que des crus natures. Choisir des thés de qualité est le minimum que l'on puisse faire, surtout si l'on s'adresse à un amateur averti. Et puis, ne pas oublier l'intention. Car on a beau s'excuser en disant que "c'est l'intention qui compte", quand un cadeau tombe à plat,  il se peut alors que l'on ai pas mit une attention suffisante dans l'intention ! La principale précaution à prendre reste donc de choisir en toute conscience, et avec un minimum de réflexion.

Le cadeau de thé doit être plein de finesse, de compréhension et de délicatesse. Celui qui reçoit le présent devrai pouvoir non seulement prendre du plaisir à déguster le ou les thés en question, mais aussi profondément se sentir compris. Le thé offert peut aussi avoir un effet révélateur ou donner de nouvelles perspectives à celui qui le reçoit. Offrir du thé reste un plaisir du partage qui reflète le respect et l'empathie. C'est presque un art à part entière. Au delà du matérialisme ambiant, le thé et même tous les accessoires qui vont avec, permettent de faire des cadeaux judicieux, qui symbolisent à la fois la beauté et l'utilité. Choisis avec coeur et sincérité, ils apporteront toujours une note de raffinement dans le quotidien.

En cette fin d'année, alors que la frénésie de consommation atteint son paroxysme, pensons à mettre en avant les valeurs simples et authentiques que le thé procure. Car, le thé véhicule justement le partage et la paix, tout comme l'authentique esprit de Noel.


vendredi 22 novembre 2013

Méditation, préparation du thé

Bien qu'il soit fort difficile de parler de méditation, je vais quand même le faire. En la matière, rien ne vaut une expérience directe. Et c'est justement parce que le thé peut conduire à vivre cette expérience que je voulais en parler. Je dirai même que son intérêt premier réside bien là. La dimension spirituelle du thé n'est finalement que très peu considérée en Occident, où elle est même parfois déformée ou mal comprise, quand elle ne sert pas carrément de gros égos en mal de reconnaissance. Il ne suffit pas de se draper d'une pseudo aura de grand gourou pour jouer les maîtres de thé (mais enfin ça, c'est une autre histoire). En Chine, en Corée et au Japon, le thé porte des valeurs spirituelles liées au Bouddhisme Chan. Et il n'y a rien d'inaccessible ou de mystérieux dans cette approche. Au contraire, c'est tout simplement naturel, concret et limpide. On parle de méditation et non de divagations créées par le mental. Bien entendu, chacun reste libre d'explorer cette dimension, ou pas.

Minuscule temple dans un village de montagne où le thé est au coeur de la vie
des habitants.
(Huang Shan, Anhui)


Pour soutenir la réalisation de soi, on peut pratiquer la méditation assise. Mais cela ne suffit pas, si l'esprit de la méditation ne se prolonge pas dans les activités de la vie. La culture de la pleine conscience doit donc faire partie du quotidien. Et la préparation du thé se prête particulièrement à la méditation dans l'action. Travailler la présence à soi-même devient alors une constante naturelle et évidente, grâce à l'esprit du thé. En effet, même sans s'en rendre compte, la préparation de ce breuvage incite à l'élaboration d'un rituel qui conduit à cultiver une certaine qualité de conscience. Lorsque l'on met l'intention juste dans sa pratique du thé, on travaille sur son être profond avec spontanéité.



Le thé est La boisson de la méditation depuis les temps anciens. On comprend aisément pourquoi, puisqu' il permet de garder un esprit vif et clair, il dynamise le corps et apporte du réconfort. Bref, il soutient l'ascèse. Il évoque aussi la sérénité et la paix. D'autre part, la préparation du thé est un art qui représente une formidable occasion pour travailler sur soi, mais aussi sur la lenteur, la fluidité du geste, la concentration, la beauté, le silence... On agit sur ce qui se trouve à l'intérieur de soi, lorsque l'on manipule les objets du thé avec précaution et délicatesse. Si à cela, on ajoute une attention particulière à l'observation du va et vient de son souffle, on entre dans la méditation, telle qu'elle est enseignée et pratiquée dans toutes les écoles bouddhistes.



Concrètement, pour mettre en application une méditation dans l'action, il suffit de s'inspirer des consignes de la méditation assise. Il faut tout d'abord considérer l'aspect physique, car le positionnement du corps va aider à calmer et discipliner le mental. La colonne vertébrale doit être bien droite (mais pas raide), la tête dans le prolongement de cet axe, digne et souple. Tous les muscles sont  détendus (ceux du visage aussi). La posture reste extrêmement importante pour que les mouvements liés à la préparation du thé soient harmonieux et que l'esprit soit serein. Il faut aussi judicieusement préparer tous les accessoires dont on aura besoin pour la préparation du thé. Lorsque tout est prêt, au son de la bouilloire, on peut tranquillement s'absorber dans le va et vient de sa respiration, et laisser les pensées (qui ne manquent pas d'arriver) pour ce qu'elles sont, sans s'y accrocher. Devenir simple spectateur de son mental grâce à la force de la concentration. Le silence extérieur favorise bien sûr la quiétude intérieure. Il est donc important de s'occuper du cadre dans lequel on pratique, mais cela ne doit pas non plus représenter un frein. Car peu importe les circonstances extérieures lorsque l'on est motivé.


Dans cet état de pleine conscience, la préparation du thé peut commencer. La lenteur favorise toujours la concentration. Les accessoires deviennent le prolongement de soi, le thé également. On s'absorbe dans chaque action; les gestes sont précis, fluides et proviennent de notre centre. Seule compte la plénitude de l'instant. La méditation se prolongera naturellement pendant la dégustation. Le thé pourra ainsi pleinement se révéler.

     HE, Harmonie
     JING, Respect
     QING, Pureté
     JI, Silence

 Au fil des jours, on va découvrir bien des choses sur le thé et sur soi-même, néanmoins pour cela, il ne faut rien attendre. Notre esprit doit rester désintéressé, libre et totalement ouvert.  On travaille la présence à soi-même, la présence au présent, c'est tout. De plus, cette méditation permet de réaliser et de vivre les vertus du thé, plutôt que de les comprendre intellectuellement.


Bref, pratiquer la préparation du thé comme une méditation offre la découverte de nouvelles profondeurs en soi-même, et donne au thé une toute autre saveur. En effet, il ne faut pas oublier que le thé que nous préparons révèle fort bien notre état intérieur, et lorsque nous travaillons sur celui-ci, nous influençons considérablement la liqueur que nous obtenons. D'autre part, cette pratique affine les   sens et permet de percevoir plus nettement le Qi particulier de chaque thé.

Dans ce temple datant de la dynastie Song, le thé rythme
 la plupart des activités du quotidien, de la culture
aux rituels de préparation, en passant par les offrandes.
(WuYi Shan, Fujian)

La pleine conscience peut s'appliquer à de nombreuses activités. Mais le thé, avec son esprit vivant et pure, invite naturellement à suivre cette discipline qui se répercutera d'ailleurs dans tous les autres domaines de la vie, et à chaque instant. Ce n'est pas un hasard si bouddhisme chan (zen) et thé sont si intimement liés: ils partagent le même esprit. On peut cependant pratiquer la Voie du thé et la méditation sans être rattaché à une religion, quelle qu'elle soit. Néanmoins, il ne faut pas oublier que certains rituels ou cérémonies pratiqués en Chine, en Corée, et au Japon incarnent purement et simplement cette union entre bouddhisme et thé, reflétant parfaitement ce travail de pleine conscience.



Le thé, dans sa grande complexité, comprend de nombreuses facettes et nombreuses sont celles que nous pouvons comprendre grâce à notre intellect. Cependant, le thé ne peut se réduire à la compréhension intellectuelle seule. Pratiquer la méditation, dans l'immobilité et le mouvement, donne accès à une compréhension profonde du thé au delà de toute considération subjective. Là, il ne s'agit plus que de la boisson, mais bien de l'essence même du thé, de son esprit, qui nous permet de découvrir notre nature profonde, si nous le souhaitons ardemment. Il est simplement question de s'ancrer dans le moment présent pour vivre la réalité du thé.

dimanche 3 novembre 2013

Hedgehog


Some teapots are really strange. Serving tea with this one is quite a challenge, I can tell you...




This teapot reminds me of the very creative and quite mischievous spirit of chinese potters ! Yes, tea is also seriously joyful and playful.

mercredi 2 octobre 2013

Cérémonie Wu Wo

La cérémonie Wu Wo, peu ou pas connue en Occident, représente la quintessence de l'esprit du thé. Elle réunit les "gens du thé" pour partager un moment unique dans l'esprit de la Voie, dans l'enceinte d'un temple, ou au coeur de la nature (le lieu choisi revêt une grande importance, d'un point de vue symbolique, mais aussi vibratoire). Les participants (qui en Chine, sont souvent fort nombreux) forment un grand cercle, après avoir tiré leur place au sort. Ainsi, il n'y a aucune distinction entre les personnes. On s'installe à même le sol, ou sur une petite couverture par exemple. La présence d'une petite statue de Lu Yu permet de lui rendre hommage.



En effet, la vie de Lu Yu reste une source d'inspiration pour tous ceux qui apprécient le thé, quelque soit leur origine. La cérémonie Wu Wo, qui se pratique en communauté, est une occasion idéale pour célébrer le génie de cet extraordinaire personnage...



Chacun prend le temps de préparer son matériel (qui doit toujours comprendre 4 tasses, 3 pour le service et 1 pour soi-même), qu'il aura prit soin de choisir en fonction du thé qu'il s'apprête à offrir. La simplicité s'impose naturellement dans le choix de la préparation. Pour des raisons pratiques, esthétiques et philosophiques, on ne doit pas chercher à compliquer les choses. Néanmoins, le choix du thé n'est pas anodin. A ce moment du déroulement, on peut communiquer avec ses voisins, faire connaissance, admirer et discuter des accessoires. Le silence sera imposé ultérieurement.



Lorsque la cérémonie débute, comme une séance de zazen par un coup de cloche, le silence règne. La préparation du thé commence, la concentration et l'implication sont totales. On ne s'occupe plus de ce qui se passe autour de soi, seul le thé doit compter. Au rythme des respirations, les mouvements deviennent fluides et lents. L'intention mise dans la préparation du thé doit être juste et provenir du centre. Tranquillement, les théières, zhong, tasses et autres bouilloires dansent à l'unisson. Le ballet est lancé.



Quand le thé est prêt, on peut alors servir les trois personnes se situant sur la gauche. On conserve toujours une tasse pour soi. Pendant ce temps, on reçoit bien sûr différentes tasses de thé provenant de la droite... On récupère ensuite ses propres tasses pour offrir une nouvelle infusion aux trois voisins suivants. Et ainsi de suite. C'est l'occasion de goûter de nombreux thés, en faisant abstraction de tout jugement. On est dans le mouvement de donner et de recevoir, sans penser.





Le rythme de la cérémonie doit être tranquille, sans paroles et harmonieux. L'énergie de l'esprit du thé peut ainsi circuler librement et être ressenti de manière très nette. On vit une grande communion, dans le respect et l'absence de jugements. Le principe même de Wu Wo, est de mettre en lumière les manifestations de l'égo, et cette prise de conscience permet déjà de faire un pas dans la direction de la signification exacte de Wu Wo, à savoir : "sans égo", ou "sans moi". Une cérémonie de thé comporte toujours un enseignement, aussi profond que subtil. Par exemple, au cours de la cérémonie, lorsqu'on reçoit une tasse de thé qui ne nous convient pas (pour différentes raisons), notre première réaction intérieure reste bel et bien le jugement: "ce thé n'est pas bon !", et voilà comment on remarque les manifestations de notre égo. C'est alors que l'on prend du recul pour entrer dans l'acceptation.



On continue le service du thé, en faisant le tour du cercle, jusqu'à ce que la clochette retentisse à nouveau, signalant la fin de la cérémonie. A ce moment là, on range tranquillement. Parfois, chaque participant prend la parole à tour de rôle pour présenter le thé qu'il a offert. On peut ensuite encore prendre le temps de discuter avec les participants, pour échanger sur le ressenti ou les thés dégustés, les accessoires utilisés, etc... La cérémonie Wu Wo reflète toutes les vertus du thé. Elle permet de savourer notre lien avec la nature et les autres, de faire l'expérience de l'unité, tout simplement.


Alors qu'on aurait naturellement tendance à se comparer aux autres, à juger en bien ou en mal, la cérémonie Wu Wo permet de voir et de comprendre ce mécanisme naturel pour aller au-delà de la dualité. On apprend à accepter le moment tel qu'il est, les autres tels qu'ils sont. Après une cérémonie de thé, on se sent apaisé et plein d'énergie à la fois, comme après une séance de méditation. Et puis, avec Wu Wo, on profite de l'énergie de groupe, qui, comme pour la méditation, permet de soutenir la réalisation de soi.



Cette cérémonie chinoise unique en son genre célèbre à la fois la Nature, la diversité des êtres, l'esprit et les vertus du thé, l'unité. Elle doit être menée par une personne expérimentée et engagée dans la Voie du thé (autrement dit, un maître). La cérémonie Wu Wo trouve ses racines dans l'histoire de la Chine ancienne, et fut "remise au goût du jour" par des passionnés Chinois et Taïwanais il y a une dizaine d'années. Incarnant les valeurs spirituelles profondes de la Voie du thé, Wu Wo est pratiqué lors d'occasions particulières. Wu Wo n'est pas une réunion de préparation de thé entre amateurs ou entre amis, ni un spéctacle. Malgré la simplicité de son déroulement, cette cérémonie reste régie par des codes précis, que nul ne doit ignorer.

mardi 17 septembre 2013

Quelques idées de lecture

Voici donc quelques livres qui me tiennent à coeur parce qu'ils ont contribué (et contribuent encore) à mon cheminement de manière très efficace. Aucun rapport avec le thé, à première vue. Mais dans l'esprit du thé quand même.


S'installer dans un coin tranquille, avec un bon thé, et en compagnie d'un ouvrage qui non seulement fait passer un moment agréable, mais en plus, donne de l'élan. Par élan j'entends une certaine forme de motivation, du courage dans la réalisation de soi-même.


J'apprécie particulièrement tous les ouvrages d'Arnaud Desjardins et de Taikan Jyoji et je les recommandent tous sans exception ! Ils expriment le vécu, l'expérience, la pratique authentiques de manière simple et inspirante.


Pour aujourd'hui, la sélection de livres sera: DAO DE JING de Lao Zi traduit par Claude Larre (Desclée de Brouwer), puisqu'on y trouve le texte original en chinois et des explications assez chiadées. Cet ouvrage permet de comprendre bien des choses sur la pensée chinoise, et reste très actuel. J'y reviens souvent tellement ce livre me fascine. Extrait:

Ce qu'il y a de plus tendre au monde
Gagne à la longue sur le plus solide
Ce qui n'a pas
Pénètre ce qui n'a pas d'interstices

Par là nous apprenons
L'avantageux du non-agir

L'enseignement sans paroles
L'avantageux du non-agir
Peu au monde y atteignent


LES FORMULES  DE SWAMI PRAJNANPAD, commentées par Arnaud Desjardins (La Table Ronde), des formules très simples pour se remettre en question dans les grandes profondeurs.


LA SOURCE DU VIDE de Taikan Jyoji (Courrier du Livre), avec de superbes calligraphies, et des phrases percutantes qui donnent envie de savourer chaque instant, intensément. On peut ouvrir ce livre au hasard et à tout moment pour en prendre de la graine.


LES CHEMINS DE LA SAGESSE d'Arnaud Desjardins (Pocket Spiritualité), un ouvrage incontournable pour appréhender la spiritualité au delà des croyances, des religions... finalement, ce texte coule de source.


Tous ces ouvrages m'ont permis d'approfondir la pratique du thé au quotidien. Ils me donnent du courage pour aller toujours plus loin sur la Voie.

mardi 10 septembre 2013

Rocks

Just to celebrate the beauty of nature.


Because nothing's more important.


The significance of the mineral world in tea gardens is not often mentioned.


Rocks are everywhere present. They hold a deep and ancient energy...


Mountains nurture and protect tea trees. And tea restitutes the very essence of their strong mineral vibration to humans.


Minerals are still and discrete, that's maybe why we don't often pay attention, yet we need their power and old wisdom.


So, don't forget to listen to the mineral world around you, and connect with its vibration when drinking tea.


Tea makes us more conscience every day.

jeudi 6 juin 2013

La saveur de la Chine du thé

Les régions chinoises productrices de thé offrent une telle beauté, une telle diversité, qu'il s'avère plutôt difficile de trouver les mots qui puissent leur rendre hommage. Il faut néanmoins souligner que là où poussent les grands crus, la nature est puissante et resplendissante de toute part. L'atmosphère des jardins de thé oscille entre mystère et rayonnement. Au milieu de la végétation, le Qi des théiers vibre avec une force sereine. Certains thés ne sont pas délicieux par hasard. Lorsqu'on se promène dans les lieux de production, on comprend vite l'influence de l'environnement sur la qualité du thé. L'air et les sources purs, la richesse du sol, la végétation, l'écosystème favorisent évidemment un environnement sain et plein d'énergie. De nombreuses plantations (crus célèbres) sont agencées selon la géomancie traditionnelle (Feng Shui), témoignant de l'harmonie entre l'Homme et la Nature et apportant au thé des bénéfices indéniables.



On en vient donc au talent de ceux qui perpétuent les traditions, de la culture à la fabrication, tout en faisant preuve d'innovation. C'est une des forces du peuple chinois : aller de l'avant, inventer, innover. Le passé n'en est pas pour autant oublié (qu'on se rassure !). La modernité côtoie l'ancien en toute harmonie et de manière naturelle. Et c'est avant tout un état d'esprit, qu'on peut facilement observer chez les producteurs de thé, qui savent marier la connaissance empirique aux moyens techniques les plus raffinés. Les gens qui travaillent le thé apportent leur empreinte, faite de concentration, de finesse et de savoir faire.




La Chine poétique existe toujours : elle peut aisément se percevoir dans les régions de thé, parfois de manière très évidente, ou parfois discrètement logée dans d'infimes détails. Certains lieux sont "hors du temps", et on se croit parfois transporté à l'époque de Lu Yu... Mais au pays des paradoxes, on est jamais à abri d'une surprise. En fait, en Chine, on apprend à ne pas s'attacher, on est immergé dans le changement perpétuel et rapide. Alors on vit le moment tel qu'il est, sans rien attendre. Et c'est ainsi qu'on peut apprécier les subtilités de la culture chinoise. Quant au thé, il permet, lui aussi, de savourer l'intensité de l'instant. Je dirais même plus, c'est dans l'intensité de l'instant qu'on apprécie le thé au mieux.




Le thé nous met non seulement en lien avec la nature du lieu où il est produit, mais aussi avec les personnes qui le fabriquent, et plus largement avec l'énergie du pays. C'est donc la culture millénaire du thé que nous savourons dans une simple tasse de thé chinois. Un cru de qualité doit offrir cette vibration unique qui s'apprécie au delà des critères physiques. Le thé doit être vivant.




Par exemple, un thé vert tout frais doit avoir le pouvoir de transmettre toute l'énergie des jardins au moment des récoltes printanières : les gens qui s'affairent, les insectes bourdonnants, les milles et une nuances de verts, les oiseaux qui virevoltent, la symphonie de la nature qui renait. On peut ressentir tout cela. Il faut bien sur être ouvert, et laisser tomber les considérations intellectuelles.



La Chine du thé offre un certain romantisme et un raffinement simple, naturel. Le soin apporté à cette plante si particulière, à toutes les étapes de son existence (culture, fabrication, préparation, dégustation) montre bien l'enracinement de la connaissance du thé, dans ce pays qui est son berceau. Ce très haut degré de délicatesse ne se trouve nulle part ailleurs.



Bref, dans une tasse de thé, on perçoit l'esprit de la plante, l'esprit du lieu de production, l'esprit de ceux qui en ont prit soin, l'esprit de toute une culture. Certes, le terroir, le climat, la fabrication (...) déterminent la saveur du thé, mais il ne faut pas négliger l'influence de la culture, de l'histoire et de la vibration du pays dans lequel il est produit.



Poème de Jiao Ran :

Après avoir bu une tasse de thé,
on ne se sens plus hébété,
Mais aussi ouvert que le Ciel et la Terre
Si l'on en boit encore une tasse
C'est comme si l'esprit avait été nettoyé
par une douce pluie.
Après la troisième tasse,
on comprend la nature des choses.

lundi 20 mai 2013

Find the tea trees

I thought of a little game while looking at the photos I took in WuYi Shan a few weeks ago to illustrate how wild nature is in this very particular place.

So, the game is very simple: you just need to find out where the tea bushes are on the pictures (the first one is easy !).













The poetic charm of WuYi touches deep in the heart, and gives a powerful sensation of purity and energy. The tea's qi is extremely strong, and you can really experience the feeling of its vibrations in the middle of all this very dense nature.