mardi 26 juin 2012

Bi Luo Chun

Province du Jiangsu (Suzhou)

Cette année encore, il n'a pas été si facile de trouver de l'authentique Bi Luo Chun, en provenance de son terroir d'origine. C'est en effet un cru extrêmement copié, dans la plupart des provinces productrices de thé! De plus, le prix des Bi Luo Chun dit de Suzhou sont très élevés, à plus forte raison pour les récoltes d'avant Qing Ming (5 avril). J'ai finalement trouvé 2 très beaux BLC, dont un récolté avant le 5 avril (le 3/04/2012) et l'autre, après cette fameuse date (le 8/04/2012). Ils proviennent de la montagne Dong Ding, tout près du lac Tai, où l'on cultive aussi de nombreux arbres fruitiers (mandariniers, orangers, etc...) qui participent à la richesse de ce terroir particulier. Un BLC original présente un parfum et des arômes vraiment intenses.

Aujourd'hui, je vais vous présenter le Bi Luo Chun, cueillit le 3 avril, pendant que j'en ai encore, puisque je n'ai pu en acheter que très peu. Ses petits bourgeons tendres et duveteux sont torsadés et ravissants. Leur beauté semble être comme une promesse pour la dégustation qui va suivre.



Pour préparer le Bi Luo Chun, il faut tout d'abord remplir un verre (ou un zhong) avec une eau à environ 85°C et poser les feuilles dessus. C'est la préparation spécifique de ce cru. Les jeunes pousses tombent délicatement au fond du verre. Les petits duvets restent en suspension. Ne manquez pas ce captivant spectacle aquatique.



Les bourgeons se déroulent lentement, laissant apparaître leur tendre couleur vert claire. Le BLC se caractérise par des bourgeons et jeunes feuilles de très petite taille. Il faut dire qu'il pousse dans une région dont la température moyenne est d'environ 16°C.



La liqueur lumineuse dégage un parfum suave puissant. En le dégustant, on est tout d'abord surprit par sa texture onctueuse et douce. Vient ensuite la richesse de ses saveurs, avec une dominante d'agrumes. Son goût offre une grande douceur, légèrement sucré et persistant au palais. Le côté végétal ne domine absolument pas.


C'est vraiment la douceur et l'onctuosité incarné. La forte présence de duvet n'y est surement pas pour rien.


Ce thé se compose majoritairement de bourgeons. Une fois infusés, on retrouve toute la fraîcheur d'une nouvelle pousse qui n'a pas encore été cueillit.


4 commentaires:

  1. Alors là, je n'ai jamais vu de Bi Luo Chun comme celui-là ! Il fait envie. On ne doit pas en trouver de cette qualité en France, tu as bien de la chance d'aller à la source.

    RépondreSupprimer
  2. Merci.
    Et, oui, ce thé est vraiment extraordinaire. Bien contente qu'il te plaise. Cela me rassure, car il est difficile de faire des photos qui soient aussi belles que le thé lui-même.
    A plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Charlotte,
    Jolies photos.
    J'en ai acheté cette année dans 2 comptoirs pour goûter (Palais des thés et M3T). Pour l'instant, je reste sur ma fin. Je trouve ce thé plutôt amer et je n'ai pas trouvé la douceur dont tu parles. Je ne dois pas avoir trouvé les bons paramètres. Dans ta dégustation tu mets de l'eau à 85°C. Qu'en est il du dosage et de la durée pour que j'essaie? J'ai remarqué qu'il y a une très grande différence de prix dans ces 2 comptoirs et le plus cher c'est le PDT : 135€/100g. Aurais tu une idée du pourquoi ?
    Annabelle.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Annabelle,
    Heureuse que les photos te plaisent.

    Voici, en gros, mes paramètres d'infusion pour le BLC: dans un verre, ou un zhong, je met une eau bien chaude (85°C-90°C). Je verse ensuite les feuilles (détail important qui concerne ce thé en particulier), que je dose à vue d'oeil avec une pelle en bois (visible sur les photos) à raison d'une pelle et demie (estimation: environ 3, 4 grammes). Personnellement, j'aime mettre beaucoup de feuilles. En général, je bois directement et pratique 3 ou 4 infusions successives. Lorsque je souhaite transvaser la liqueur, je place encore un peu plus de feuilles au départ, mais le temps d'infusion ne dépasse alors jamais quelques secondes...

    Comme tous les crus célèbres et prisés, il existe de nombreux niveaux de qualité, un terroir original (il circule ainsi beaucoup de faux BLC), des dates de cueillette... Ta deuxième question soulève différents points, plutôt complexes. Je ne connais pas les BLC des maisons que tu cites, donc il est difficile pour moi d'en parler. Néanmoins, je peux dire qu'un authentique et artisanal BLC de petit producteur, cueilli au printemps, développe une douceur et une onctuosité typique. Il donne un goût intense, où l'amertume ne domine absolument pas. Car certes, le pôle amer existe dans les thés verts, mais en général, il doit être équilibré et subtil.
    Quant au prix, tout est possible. En Chine, un BLC de haute qualité est déjà très cher (mais on peut trouver de tout). A cela, il faut ajouter les marges du revendeur, et souvent, des intermédiaires. Chaque cas reste particulier.

    Il est vrai que tu peux essayer différents paramètres d'infusion (en faisant aussi attention à la pureté de l'eau) pour déterminer si le problème vient de la préparation ou du thé lui-même.

    Bonne chance, et merci pour ton commentaire.
    Charlotte.

    RépondreSupprimer